En 2021...

Solidaires avec les artistes
who-2730757_1280.png
Coup(s) de coeur du mois

Eiffel est un groupe de rock français fondé en 1998 autour de Romain Humeau. Leur nom est tiré d’une chanson des Pixies, nommée Alec Eiffel, présente sur l’album Trompe le Monde. Les fans d’Eiffel sont surnommés « les ahuris ». 

 

Il n'en demeure pas moins qu'Eiffel est l'un des meilleurs groupes de la scène française avec pour sources d'inspiration des valeurs aussi sûres qu'éclectiques. Leurs influences vont des Pixies à Léo Ferré, en passant par Jacques Brel, Sonic Youth, Serge Gainsbourg, les Buzzcocks, Noir Désir, les Stooges, David Bowie, Sixteen Horsepower, les Kinks, les Beatles, Tears for Fears, Fugazi, XTC, dEUS ou encore Boris Vian et Louis Calaferte mais de cet héritage, Eiffel a su trouver sa propre signature, son ADN qui d'album en album flirte avec l'excellence.

Cap sur l'Europe du nord
avec 
Minna Ora et "Fire"

Avec Fire, sorti le 21 mai, la charismatique finlandaise Minna Ora a trouvé le mode d'expression qui la caractérise le mieux. «Fire» est un ascenseur émotionnel qui vous accroche à chaque note. A la fois profond et significatif, il invite à l'optimisme sur fond de base rythmique folk-metal diablement efficace.

Ce morceau a vu le jour lors d'un voyage avec son fils. Elle se souvient de ce sentiment intense qui l'avait poussée à écrire quelques mots dictés par on ne sait quelle source d'inspiration extirpée au plus profond de son âme et griffonnées à un arrêt de bus, comme si rien ne devait lui échapper. Une fois en studio, et à sa grande surprise, une nouvelle mélodie écrite peu de temps avant collait parfaitement au texte. Le thème en était la maladie, celle d'un patient en proie à son combat contre le cancer. Inspiration du moment, coïncidence ou prémonition, Minna fut elle-même diagnostiquée une semaine plus tard avec un cancer du sein et une échéance de vie évaluée à 5 ans.

En rémission totale depuis plus de 5 ans, Minna est devenue dans son pays un exemple emblématique de résilience, de combativité face à la maladie (un cancer particulièrement agressif), de dépassement et de positivité pour mieux transformer cette épreuve redoutable en force intérieure, rage de vivre et espoir pour d'autres. Dans ce deuxième single solo, où le métal côtoie l’indie, elle ouvre la voie aux ressources insoupçonnées que nous possédons, lesquelles permettent de franchir tous les obstacles.

 

Elle fête en 2021 ses 36 ans de carrière musicale, une carrière jalonnée de concerts au niveau national et international, toujours accompagnée de ses fidèles camarades de scène, mais aussi par Remu Aaltonen et Veeti Kallio, deux noms bien établis de la scène musicale finlandaise.

Et lorsqu’on questionne Minna sur ce dernier album elle explique modestement "Mon album solo a été façonné par la spiritualité, des expériences de vie stimulantes". En effet, ses expériences de vie, heureuses et moins heureuses, son combat personnel et sa force intérieure hors-norme ont été mis au service de l'essentiel de la vie tout comme la beauté et la puissance de la nature dans laquelle elle s'est ressourcée. Ses influences musicales ont  pour noms Kate Bush, Evanescence et Within Temptation ».

Minna Ora Pressphoto 2.jpg

Audrey Hardy nous fait découvrir le groupe bordelais Chelaböm, déjà présenté dans l'Heure du Live!

Leurs compositions nous entraînent dans un univers tantôt onirique, tantôt festif. Sur des bases Funk et Néo-Soul, on voyagera entre la musique Afro, l’Amérique du Sud, les rythmes hip-hop...

Moods & Roots - du rock au swing !
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram
  • Spotify Icône sociale

2020 - GUILLAUME NOUAUX & THE STRIDE PIANO KINGS (album) (réf : GN2020) MUSICIENS : Louis Mazetier, Bernd Lhotzky, Rossano Sportiello, Chris Hopkins, Luca Filastro, Alain Barrabès, Harry Kanters (piano) - Guillaume Nouaux (drums).

Son dernier album, « Guillaume Nouaux & the Stride Piano Kings », vient d’être distingué par l’Académie du Jazz et par le Hot Club de France. Un doublé rarissime.

En 25 ans d’une carrière internationale entamée sur les rives du Bassin d’Arcachon, Guillaume Nouaux a glané de nombreuses récompenses. Révélation de l’année 2007 pour Jazz Magazine à 31 ans, le Soustonnais d’adoption décroche en 2011 le Prix Jazz classique de l’Académie du Jazz puis le Prix spécial du jury du Hot Club de France en 2014 et 2019.  Lire la suite

Le HU est un groupe de Mongolie qui mélange le heavy metal et le chant de gorge traditionnel mongol. Leurs deux premières vidéos («Yuve Yuve Yu» et «Wolf Totem») sont immédiatement devenues virales, recueillant plus de 100 millions de vues. Cette réaction explosive en termes d'audience a donné lieu à un certain nombre de reportages sur le groupe dans les médias internationaux tels que NPR, ET India Times, Playboy Mexico, Jack Canal + Fr, Hong Kong 01, DW News Germany et d'autres.

Le nom du groupe, The HU, est le mot racine mongol qui signifie "être humain". Ils appellent leur style le «Hunnu Rock»… inspiré des Hunnu, un ancien empire mongol, connu sous le nom de Huns dans la culture occidentale. Certaines paroles du groupe incluent de vieux cris de guerre mongols et de la poésie.
The HU combine la musique rock avec une instrumentation mongole traditionnelle comme le Morin Khuur (violon à tête de cheval), Tovshuur (guitare mongole), Tumur Khuur (harpe à mâchoires), le chant à gorge guttural, la basse et la batterie.
Les quatre membres du groupe ont obtenu un diplôme supérieur en musique et ont plusieurs années d’expérience en tournée dans toute l’Asie et la région du Pacifique.