Indispensables abeilles

Une véritable hécatombe touche les ruchers français depuis quelques années. La mortalité des abeilles est passée d'un taux de 5% dans les années 90 (avant l'introduction des premiers pesticides néonicotinoïdes en France en 1995) à plus de 30% dans les années 2000. Parmi les pesticides, les néonicotinoïdes ont joué un rôle dramatique dans la disparition des abeilles. Et cela continue. Les ruches se vident de leurs abeilles sans que l’on ne retrouve aucun cadavre à proximité. Les pesticides en sont la principale cause, affectant le système nerveux central des abeilles. Les parasites, les prédateurs, la modification du paysage, la raréfaction des ressources, le dérèglement climatique expliquent aussi ce syndrome. Mais nous pouvons agir efficacement pour contrer leur extinction... Que serait notre monde demain, sans elles ? Apprenons à mieux les connaître.

Les Abeilles, l'un des maillons essentiels !

Que se passe-t-il dans la ruche en juin ?
En juin, les abeilles sont en pleine activité et les populations sont à leur maximum. Une seule colonie peut compter jusqu’à 50 000 individus !

La Reine est en pleine activité de ponte et les floraisons se succèdent. Jusqu’au mois de juillet, les abeilles cirières construisent des rayons. C’est le moment que peut choisir l’apiculteur pour renouveler ses cadres.
Enfin, dans certaines ruches, on peut observer des abeilles qui « font la barbe » . Cela signifie qu’elles forment des grappes sous le plateau de sol.
A ne pas confondre avec un essaimage , cette sortie massive de la ruche peut avoir plusieurs causes :

•    Il fait trop chaud dans la ruche et une partie des abeilles sort pour permettre aux températures de baisser
•    La population est très importante et les abeilles ont besoin de plus d’espace. C’est le moment de poser une hausse pour éviter l’essaimage.

Les récoltes de miel du printemps 2020 s’annoncent déjà comme excellentes.
C’est une belle nouvelle qui soulage bon nombre d’apiculteurs, malmenés par les récoltes catastrophiques de ces dernières années. Mais alors, à quoi est due cette subite hausse des quantités de miel dans les ruches ?
Le premier réflexe est de faire un lien avec le confinement de ces deux derniers mois.
Et en effet, les bords de routes, jardins et parcs n’ont pas été tondus pendant ces quelques semaines : ce sont autant de fleurs sauvages qui ont apporté pollen et nectar à nos petites pollinisatrices !
Elles ont aussi pu travailler en toute tranquillité, loin des voitures, promeneurs et cyclistes. Les épandages de pesticides n’ont pas eu lieu, permettant aux abeilles de bénéficier d’un air pur !
Un autre facteur, bien indépendant de la crise sanitaire, est la météo clémente du mois d’avril, qui a coïncidé avec les premières floraisons : une combinaison idéale pour les abeilles !

Que fait l’apiculteur en juin ?
Les quantités de miel augmentent dans la ruche et l’apiculteur doit être vigilant : si les productions sont bonnes comme ce printemps, il doit ajouter de nouvelles hausses pour ne pas freiner l’activité des abeilles, qui seraient en manque de place.
L’apiculteur doit également anticiper les premières grosses chaleurs : il s’assure que des sources d’eau sont toujours disponibles pour ses abeilles , garantissant ainsi leur bonne hydratation.
Le mois de juin peut être synonyme de récolte de printemps : l’apiculteur peut prélever les cadres des hausses, s’ils sont bien pleins et operculés.


Ils se sont fixé pour mission de participer à la sauvegarde des abeilles et au développement des colonies.

Et pour se faire ils ont la bonne idée de proposer le parrainage.

Que vous soyez un particulier ou une entreprise vous pouvez vous engager à leurs côtés et parrainer des abeilles. Vous sélectionnez tout d'abord un apiculteur de votre choix selon le projet ou la localisation et vous choisissez le nombre d'abeilles que vous souhaitez parrainer. En remerciement, les abeilles offrent à leur parrain le fruit de leur travail, une partie de leur miel.

Nous venons tous de traverser une période difficile. Avec le déconfinement il va falloir rebâtir des bases environnementales solides. Un toit pour les abeilles n'a pas été exempté et a perdu 1/3 de ses parrainages.

Votre soutien solidaire permettra à un apiculteur de préserver et développer son outil de travail et vous participerez par ailleurs au maintien des différentes espèces d'abeilles. Vous apprendrez à connaître et à aimer davantage celles grâce auxquelles nos tables connaissent tant de saveurs.

Chaque année, les parrains reçoivent les pots de miel correspondant à leur parrainage et leur logo ou leur nom figure sur l’étiquette des pots.

Ce sera également une manière de ne jamais donner raison à Albert Einstein qui avait dit en son temps "Si les abeilles disparaissaient de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ».

Connaissez-vous un "Toit pour les Abeilles" ?

Ce qu'il faut surtout éviter et ne plus encourager

Une enquête a ainsi révélé que 1 miel sur 3 dans nos étals est « hors la loi » :
Adultération par ajout de sucre ou sirop, fraude à l’origine, appellation frauduleuse, usurpation de qualité « bio ».
Il faut être un véritable "petit détective en herbe" ou un consommateur plus qu’averti, pour décoder les étiquettes des miels proposés en magasin.
D’ailleurs il est amusant de mettre en parallèle certains chiffres.
La Chine est devenue en une décennie à peine le 1er pays exportateur de miel passant de 64000 tonnes à 144000 tonnes de miel exportées. Et pourtant, le nombre de ruches sur la même période n’a que très peu progressé : à peine 13%. Étrange non !
A PARTIR DE JANVIER 2021, ÇA ÉVOLUE
Les miels mélangés devront indiquer la part d’origine de chaque pays par ordre d'importance. (par exemple : 70% Chine, 20% Espagne et 10% Roumanie). Pour Un Toit Pour Les Abeilles, ce ne sera pas trop difficile :Tous nos miels sont 100% français, récoltés et mis en pot en France.

A

 

Nous contacter

Email

VOus connecter
souscription

 2020 Landes Tous Solidaires

  • Gris Facebook Icône
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon